thumb_epsilon Sep28

Tags

Related Posts

Share This

Epsilon Escape

Énigme : Qu’est-ce qui en ce moment pousse plus vite que des boutiques de burger dans notre chère ville de Paris ?
[Spoil] Des Escape Games [/Spoil]

J’ai découvert les Escape Games grâce à celui intitulé « La Pièce », dont l’univers est tiré du roman « Alice au pays des Merveilles » de Lewis Caroll. Cela m’ayant beaucoup plu, j’ai réitéré l’expérience en me portant volontaire pour être enfermé en compagnie de 3 autres patients dans une des cellules de la clinique Sinople. Mais pas n’importe quelle cellule. Celle du Patient 8, lieu empli de mystère puisque son occupant est parvenu à s’en évader. Comment ? Très bonne question. Mais la participation du docteur Edmond Epsilon n’y serait pas étrangère… Reportage au sein d’Espilon Escape !

 

« Début des années 90 : Edmond Epsilon passe quelques mois dans le département psychiatrie de la clinique Sinople pour y développer ses techniques de soins. 
Il rencontre le patient de la chambre 8, qui lui inspirera un processus unique lui permettant de s’évader. 
Votre expérience commence au cœur de cette clinique. À votre tour, vous devrez utiliser la méthode d’Epsilon pour vous échapper. »

 

img_8875_rs

 

Pensé pour une équipe de 3 à 5 personnes, cet Escape Game plonge les joueurs dans l’univers d’une clinique psychiatrique des années 90 dont tous les codes sont respectés. De la chambre capitonnée au lit muni de menottes de cuir en passant par la bonne vieille TV cathodique diffusant de vieux feuilletons démodés, on s’y croit vraiment. La reconstitution du lieu est clairement un point fort d’Epsilon Escape. L’attention portée sur les détails pour propulser les joueurs dans les années 90 est exemplaire. D’ailleurs, certains éléments du décor spécialement créés pour le jeu sont incroyables. Ce qui est une bonne chose puisqu’il va falloir tout observer, manipuler, bidouiller pour espérer s’enfuir dans le créneau accordé de 70 minutes. (10 minutes de plus que la majorité des autres Escape Games. Meilleur rapport temps passé/prix, pour les radins :D)

img_8874_rs

Du point de vue ludique, la grande qualité d’Epsilon Escape réside dans la cohérence de son énigme principale, poussant les joueurs à expérimenter plutôt que de réfléchir à des problèmes ou calculs complexes, tout comme l’aurait fait le patient 8. Pour peu que l’équipe soit un minimum curieuse, elle parvient sans mal à traverser les différentes pièces, toutes aussi riches et mystérieuses les unes que les autres. Elles ont comme bonus très appréciable que les joueurs ne sont pas les uns sur les autres, chacun disposant de suffisamment d’espace pour farfouiller tranquillement et contribuer à la victoire commune \o/

 

Mon équipe et moi-même avons passé un très bon moment et vécu une expérience vraiment plaisante. D’autant plus que le staff est aux petits soins des joueurs, avec tout un menu de boissons chaudes et froides pour patienter. Je ne peux que vous recommander d’aller jeter un œil à ce magnifique Escape Game situé juste sous Strasbourg Saint-Denis (L4/8/9) et dont les locaux sont aussi classes qu’en adéquation avec l’univers de la clinique Sinople. D’ailleurs, il paraîtrait que d’autres cellules de cette clinique seraient en cours d’ouverture au public. L’occasion de découvrir d’autres études et expériences menées par ce cher docteur Edmond Epsilon ?

 

Peut-être que Clémence, la manager/game master, pourrait nous lâcher quelques bribes d’indices ? 😉

 

Qu’est-ce qui vous a convaincu de vous lancer dans le business de l’Escape Game ?

Je vais parler à la place des garçons, parce que c’est eux qui ont vraiment lancé Epsilon, moi je suis arrivée après.
Mais la réponse est simple : ce sont deux passionnés. Ils ont été joueurs bien avant de se lancer eux-mêmes.
Un jour, en février ou mars 2015, après une énième session d’Escape, ils ont lancé l’idée un peu folle : « et si nous aussi on se lançait ? » « Et si on créait notre propre Escape Game ? »
Et puis l’idée leur plaisait tellement qu’ils ont décidé d’étudier la possibilité sérieusement. Ils ont passé une semaine à travailler sur le sujet, monter un vrai business plan, pour voir si le projet était viable au moins sur le papier. Et effectivement, c’était viable. Restait donc à monter l’entreprise et surtout, trouver un local, et une personne pour faire tourner la machine, vu que Guillaume et Florent comptaient conserver leurs boulots respectifs à côté.
Ils ont trouvé le local en juin, après pas mal de visites. Et une fois le bail signé, ils ont pu me faire une vraie proposition pour que je rejoigne l’équipe.

img_8887_rs

 

Est-ce que ce genre de projet semble de confiance auprès des banques et autres structures de financement ?

Du côté des banques, je sais que les tout premiers Escape à ouvrir (La Pièce notamment) ont eu beaucoup de mal à se faire financer car le concept d’Escape game n’était pas encore connu du grand public. Et forcément, c’est le cercle vicieux : le banquier te dit que s’il n’y en a nulle part, c’est que ça ne marchera pas… Mais pour notre part, on a eu de la chance. On partait avec une base solide qui a rassuré (Florent est, en plus d’Epsilon, le co-fondateur d’Adopte un Mec, donc ça facilite pas mal les choses avec les banquiers ^^) et puis on s’est lancés à un moment où les Escape Games en général commençaient à pas mal émerger, notamment à Paris. Quand tes financeurs comprennent de quoi tu parles, ça aide aussi 🙂

img_8892_rs

Clémence, surveille sur ses moniteurs que tout se passe bien et que les joueurs n’arrachent pas le papier-peint.

 

Et de ton côté, pourquoi quitter le monde de la radio pour rejoindre celui des Escape Games ?

Quand Guillaume a commencé à me parler d’Epsilon, je travaillais en matinale depuis 4 ans 1/2 (trois ans de radio et 2 presse écrite/web). Se lever à 4h30 du matin, ça a pas mal d’avantage puisque tu termines ta journée de travail généralement à l’heure du déjeuner. Mais physiquement, c’est super dur, et socialement aussi. J’en avais ras-le-bol de devoir me coucher tôt, de louper les soirées avec mes amis… Et puis j’en avais aussi marre de faire du flash info. Faire du micro c’est génial, mais là, des flashs de 2 minutes, l’exercice est assez répétitif et surtout, tu bosses enfermé en permanence. Moi je suis plutôt une journaliste de terrain, j’aime creuser l’info et aller au contact des gens, donc ça ne me convenait plus vraiment.

Guillaume et Florent cherchaient quelqu’un qui ait un profil de couteau-suisse :  une bonne plume, une bonne connaissance des réseaux sociaux et le contact facile, pour gérer la com’, mais aussi quelqu’un d’organisé pour gérer toute la logistique et manager le centre une fois celui-ci ouvert, et enfin quelqu’un qui sache bricoler pour les accompagner avant l’ouverture.

Avant l’ouverture, j’ai vraiment mis la main à la pâte puisque j’ai conçu et fabriqué les décors des deux premières salles. C’était un vrai boulot de scénographie, avec des contraintes fortes car on ne pouvait pas utiliser n’importe quel matériau. Comme on est un ERP, (Établissement Recevant du public), il y a plein de normes à respecter pour la sécurité. Et puis on a affaire à u lieu qui draine beaucoup de passage. Les objets, les meubles sont constamment manipulés, déplacés… Il fallait que tout soit très solide et sans risque pour les joueurs .

Depuis l’ouverture, j’ai (un peu) laissé ma casquette de bricoleuse de côté pour enfiler celle de manager. Là c’est beaucoup d’organisation, de l’administratif évidemment, s’assurer que tout est toujours parfait, faire tourner la boutique quoi 🙂 Et puis je m’occupe aussi de tous les partenariats entreprise. On est beaucoup contactés pour organiser des journées team-building, avec réunion ou séminaire, cocktail et bien sûr sessions d’Escape Game. Donc en ce moment, j’ai fais aussi beaucoup beaucoup de devis.

img_8899_rs



Comment vous est venue l’idée d’élaborer un univers global permettant de concevoir différentes pièces toutes reliées les unes aux autres ?

Guillaume et Florent tenaient à ce qu’il y ait une cohérence globale entre les différents scénarios. C’est un parti pris tout simplement. Mais c’est vrai que le concept d’Escape Game en soi est à double tranchant : à quelques rares exceptions près, on ne peut faire un scénario qu’une seule fois. Cela veut dire que dans le petit milieu des Escape Games, on est des confrères avant d’être des concurrents. On recommande volontiers à nos clients les Escape Games où nous mêmes on a passé un bon moment, et tout le monde (ou presque) fait ça. Après, le fait de proposer plusieurs scénarios permet de faire revenir les joueurs qui ont aimé la première fois. Et dans cette optique, suivre les aventures d’un personnage phare est plutôt logique. Un peu comme une série télé, ou une série de films : quand tu as vu un épisode, que tu t’es attaché aux personnages, tu as envie de connaître la suite de leurs aventures 🙂

img_8880_rs

 

Quelle est la genèse de l’histoire d’Edmond Epsilon ?

Edmond Epsilon, c’est un personnage assez mystérieux. Il y a plein de zones d’ombres dans sa vie pour une raison très simple : on ne l’a jamais vu en vrai. C’est Guillaume et Florent qui ont mis la main sur son journal et  s’en sont inspirés pour créer leurs scénarios. Il a sans doute eu plusieurs identités et il est insaisissable. Aujourd’hui, on ne sait même pas s’il est encore vivant. Mais en tout cas, si on devait en brosser un portrait, on pourrait dire que c’est une sorte de mélange entre Indiana Jones, Sherlock Holmes et Léonard de Vinci (pour le côté inventeur). On sait qu’il a beaucoup voyagé, mais aussi beaucoup inventé. Bref, un personnage complexe qui a eu mille vies, toutes passionnantes 🙂


As-tu une anecdote particulièrement croquante  concernant les péripéties d’une équipe essayant de s’évader de la cellule du patient 8 ?

Pfolala, des anecdotes on en a des tonnes 😀 On est ouverts depuis janvier et en 9 mois, on a vu passer… (6000 joueurs depuis l’ouverture)

C’est dur de donner des anecdotes sans dévoiler ce qu’il se passe à l’intérieur de la salle parce que c’est souvent en lien avec les énigmes. Mais très souvent, les joueurs ont des théories bien farfelues. Je crois que mon préféré reste ce qu’on appelle entre nous « la théorie de Sardou » :
Un joueur était persuadé, pendant tout le jeu, qu’il parviendrait à ouvrir quelque chose grâce à Michel Sardou car un des éléments du décor y fait référence. C’en était devenu une obsession et c’était assez rigolo à voir 🙂
Mais de manière générale, c’est assez fun de voir les gens jouer, et entendre leurs cris de joie quand ils parviennent à trouver la solution à une énigme sur laquelle ils bloquaient, c’est une des plus grandes satisfaction que je connaisse 🙂

img_8884_rs

 

 

Avez-vous plusieurs exemplaires de chaque objets pour dupliquer les salles/réparer les décors ?

img_8881_rs
Oui bien sûr, on en a une dizaine en stock, comme à peu près tous les petits éléments du décor.
Quand tu construis une salle d’Escape Game, il faut toujours toujours toujours prévoir les trucs les plus solides possibles. Et si ça n’est pas possible, alors il faut prévoir plein d’exemplaires de remplacement. Parce qu’on a certains joueurs qui se prennent tellement au jeu qu’ils seraient prêts à décoller le papier peint pour voir s’il n’y a pas un indice caché derrière ^^ (J’ai tenté à ce moment là de prendre en photo la fameuse réserve mais Clémence veillait au grain pour que rien ne fuite ! Zéro spoil ! )

 

Quand se revoit-on pour découvrir une des nouvelles cellules ?

La prochaine salle ne sera pas une cellule d’hôpital psychiatrique ! On quitte l’univers froid de la clinique pour un environnement beaucoup plus cosy et chaleureux puisque le scénario se déroulera dans une fabrique de jouets qui a brûlé. Plus précisément dans le bureau du directeur de la fabrique.


Ha, gros changement effectivement. Mais toujours dans l’univers Edmond ?

C’est un autre épisode de la vie d’Edmond. Cette fois-ci on va se plonger dans son adolescence, et ça s’annonce plein de rebondissements. Ca s’appellera « Le Bureau Brûlé et la Machine Maudite »Et, si tout va bien, ça devrait ouvrir d’ici la fin de l’année (et comme pour le Patient de la Chambre 8, la salle sera disponible en deux exemplaires).

img_8883_rs

Voici à quoi ressemble un Escape Game en cours de conception. Autant dire qu’il va falloir se retrousser les manches si vous souhaitez ouvrir le votre !

 

Epsilon Escape semble pour moi un excellent choix pour ceux voulant (re)découvrir les Escape Games. Intéressant ludiquement et à l’ambiance parfaite, vous ne regretterez pas d’y convier vos amis pour 70 minutes de reflexion, d’entraide ou d’engueulades chaleureuses 😀 Le prix par session reste fixe : 135€, à diviser par le nombre de joueurs (de 3 à 5). Epsilon Escape a également la particularité de dupliquer ses salles, si bien que vous pouvez y aller à 10 et jouer chaque groupe de son côté avec pour objectif de sortir avant l’autre ! Le staff constitué de 5 Game masters se fera un plaisir de vous faire vivre un excellent moment 🙂 N’hésitez pas à les contacter sur Twitter ou sur Facebook pour leur poser vos questions 🙂

 

Antoine